Santé des femmes

Le Dr Virginie Ringa est chercheur au Centre de recherche en Epidémiologie et Santé des Populations (CESP), équipe 7 (Genre, Sexualité, Reproduction) de l'Inserm. Ses domaines d'expertise sont les pratiques de santé des femmes, la ménopause, les traitements hormonaux, les troubles pelviens, le dépistage des cancers gynécologiques, les inégalités sociales de santé, et les soins primaires.

Quelles sont les grandes questions actuelles sur la santé des femmes ?



Vidéo : Quelles sont les questions sur la santé des femmes ? © cohorte Constances.

Les grandes questions que l'on se pose sur la santé des femmes concernent différentes périodes de la vie.

Beaucoup de questions se posent à propos de la vaccination des très jeunes filles contre le papillomavirus pour la prévention du cancer du col utérin.

La détermination de la meilleure contraception chez les femmes dans la période où elles peuvent avoir des enfants est également un sujet de grand intérêt.

Plus tard dans la vie, il existe des interrogations concernant les traitements éventuels de la ménopause et le dépistage des cancers du col de l'utérus et du sein.

Enfin, tout au long de la vie des femmes (ainsi que celle des hommes), il est important d’étudier ce qu'on appelle la santé sexuelle, et ses relations avec la santé en général.


La ménopause



Vidéo : La ménopause © cohorte Constances.

La ménopause n'est pas une maladie, mais c'est une période qui peut s'accompagner d'un certain nombre de symptômes désagréables, voire invalidants.

Les traitements de la ménopause ont changé il y a une dizaine d'années, à la suite de la parution de résultats qui ont remis en question l'innocuité des traitements hormonaux substitutifs. On a alors observé, en France et dans d'autres pays, une très forte diminution de l'utilisation des traitements hormonaux substitutifs. Mais c'est une question qui reste ouverte car ces traitements restent recommandés dans certains cas. Il est important de savoir ce que font les femmes ménopausées qui ont des troubles et qui ne prennent pas de traitement substitutif. Qu’en est-t-il du recours à d'autres types de traitements, comme les phytoestrogènes, le soja, ou d'autres traitements dit alternatifs ?

Constances permettra d’analyser le comportement médical ou autre des femmes qui ne prennent pas de traitement mais qui essayent de trouver des solutions aux symptômes qu'elles peuvent éprouver au moment de la ménopause.


Le dépistage des cancers féminins



Vidéo : Le dépistage des cancers féminins © cohorte Constances.

Qu’il s’agisse du cancer du col de l'utérus ou du cancer du sein, on sait que certaines catégories de femmes se font beaucoup moins dépister que d'autres.

Il existe en France un dépistage organisé du cancer du sein : quelles femmes participent à ce dépistage organisé et quelles sont celles qui préfèrent un dépistage individuel ? Quelle est « l'adhésion » des femmes au programme de dépistage ? Après une première mammographie, les femmes continuent-elles la surveillance régulière par mammographie ? Sinon pourquoi : quel est le rôle des médias, de l’entourage, du suivi médical ?

En ce qui concerne le dépistage du cancer du col utérin, se pose la question du comportement qu'auront les femmes qui auront été vaccinées par le papillomavirus vis-à-vis du frottis de dépistage.

On sait aussi qu'il existe en matière de cancers féminins des inégalités sociales du recours au dépistage, et il est important d’en comprendre les déterminants. Cela fait aussi partie des nombreuses questions qui pourront être étudiées dans Constances.


La santé sexuelle



Vidéo : La santé sexuelle © cohorte Constances.

Bien sûr, la santé sexuelle n’est pas une question qui ne concerne que les femmes. Il est intéressant d'essayer de comprendre les rapports entre la santé sexuelle, les comportements sexuels et la santé en général. On peut s'intéresser en particulier aux liens entre les maladies chroniques et la santé sexuelle, ceci dans les deux sens : en quoi les pathologies chroniques peuvent jouer sur la santé sexuelle, et quoi celle-ci peut-elle influencer l’état de santé ?

La cohorte Constances est un très bon dispositif pour étudier toutes ces questions, car on pourra suivre l’évolution de la sexualité des participants sur de longues périodes. On pourra aussi étudier les liens entre santé sexuelle et vieillissement, dans le contexte du vieillissement de la population et où la vie sexuelle se prolonge par rapport à ce qu'on observait il y a 20 ans ou plus.


Quel est l'apport de Constances ?



Vidéo : Quel est l'apport de Constances ? © cohorte Constances.

L'apport de Constances pour répondre à toutes ces questions sur la santé des femmes est multiple.

Constances, tout d'abord, constitue un vaste échantillon de femmes d’origine sociale et d’âge, diversifiés.

Constances permet d’observer des femmes dans leur milieu « naturel », en dehors du cadre médical.

Constances permettra donc l’étude des facteurs qui jouent sur les comportements préventifs, les comportements contraceptifs ou les comportements par rapport au traitement des maladies chroniques, ainsi que l'influence des professionnels de santé.