FAQ

Si vous ne trouvez pas ici la réponse à la question que vous vous posez, vous pouvez contacter notre numéro vert au 0 805 02 02 63.
Pour toute question relative à votre convocation (impossibilité, déplacement de rendez-vous...), merci de contacter directement le Centre d’examens de santé dont vous dépendez.

Constances en général

Participer à la cohorte Constances, c'est tout d'abord participer à un projet de recherche épidémiologique sur les grandes questions de santé. En se portant volontaire, on s'engage à participer à un bilan de santé dans un Centre d'examens de santé tous les 5 ans, et à répondre à un questionnaire tous les ans. En savoir plus sur le bilan de santé

L'échantillon témoin permet de « redresser » les données de façon statistique afin d'avoir une vision la plus précise possible de l'état de santé de la population française. Les données concernant l'échantillon témoin sont gérées de façon totalement anonyme. Vous pouvez refuser de participer à l'échantillon témoin, en l'indiquant sur le bulletin d'inscription et en le renvoyant dans votre Centre d'examens de santé (CES) ou s'il s'agit du centre IPC, en appelant le centre au 01 53 67 35 35. En savoir plus sur la représentativité

Le circuit des informations dans Constances a été soumis à la Commission nationale Informatique et Libertés (CNIL)qui l'a validé.Un formulaire de consentement est proposé lors du bilan de santé, il vous est demandé de le lire attentivement, de le compléter et de le signer. L'ensemble des informations que vous accepterez de transmettre à la cohorte Constances seront gérées de façon totalement confidentielle et dans un but de recherche uniquement. Vous pouvez à tout moment décider d'arrêter de participer. En savoir plus sur la représentativité

Non, si vous avez reçu une invitation, c'est que vous avez été tiré au sort totalement au hasard, dans la base de données nationale de l'Assurance vieillesse. En aucun cas votre état de santé, ou tout autre élément, a été pris en compte pour vous inviter. Et surtout, toutes les personnes peuvent participer à Constances, il suffit simplement d'être âgé de 18 à 69 ans, affilié du régime général de l'Assurance maladie et de résider dans l'un des départements participant à Constances (Bouches-du-Rhône, Charente, Côtes-d'Armor, Gard, Haute-Garonne, Gironde, Ille-et-Vilaine, Indre et-Loire, Loire-Atlantique, Loiret, Meurthe-et-Moselle, Pyrénées-Atlantiques, Rhône, Paris, Vienne, Nord). En savoir plus sur le tirage au sort

Depuis quelques années, il y a une prise de conscience à tous les niveaux que la santé publique ne se réduit pas à la médecine et aux soins. L'État, l'Assurance Maladie et tous les acteurs de la santé publique, doivent organiser cette activité en fonction des besoins de santé de groupes particuliers qui ont des problèmes spécifiques. Or, pour connaître ces besoins, il faut des dispositifs d'observation rigoureux et de grande dimension : d'où Constances, qui permettra de mieux connaître la situation française... En savoir plus

Une cohorte épidémiologique est un type d’enquête dont le principe est le suivi dans le temps d’un groupe de sujets. Une cohorte permet de répondre à des objectifs multiples : description, étude des effets de l’exposition à des facteurs de risque sur des problèmes de santé divers, évaluation de l’efficacité d’interventions de nature préventive ou réparatrice. Les avantages principaux des cohortes sont la possibilité d’analyses longitudinales permettant de tenir compte au mieux de phénomènes liés au temps. En savoir plus sur les cohortes épidemiologiques

Oui, et pour deux raisons :

  • Tout d’abord, pour être un grand pays moderne, la France doit concourir à la connaissance scientifique, et non attendre d’avoir des informations dans les publications des pays qui, eux, sont à la pointe de la recherche.
  • Ensuite, et surtout, on a besoin de connaissances locales ; il est évident que les recherches américaines ou scandinaves ne peuvent identifier et observer les problèmes spécifiques à la France ni, par exemple, le fonctionnement des consultations de prévention mises en place auprès des médecins libéraux.

On a besoin de systèmes d’observation sur ce qu’il se passe localement : pour concourir à la connaissance scientifique universelle, et pour répondre à des besoins de connaissances inhérents à la France. En savoir plus

Non, Constances est une étude épidémiologique et n'a pas pour vocation de tester des traitements d'aucune sorte. Il s'agit d'une part de décrire l'état de santé de la population française et d'autre part de mettre en place des études épidémiologiques s'intéressant aux causes de certaines maladies. Votre consommation prescrite de médicaments pourra vous être demandé mais, en aucun cas, il ne vous sera demander d'essayer un traitement.

En pratique

Le bilan de santé proposé dans le cadre de Constances est particulièrement complet. Il comprend un bilan sanguin et urinaire, un bilan biométrique (poids, taille, tour de taille et de hanches), un bilan auditif, visuel, un électrocardiogramme, la prise de la tension artérielle et une spirométrie pour évaluer votre capacité respiratoire. Si vous avez 45 ans ou plus, vous bénéficiez également d'un bilan cognitif et fonctionnel avec un neuropsychologue qui vous fera passer une batterie de tests pour la mémoire, le raisonnement ou les capacités fonctionnelles. A l'issue de ces bilans, une consultation médicale sera l'occasion de faire le point sur les résultats avec un médecin. Par ailleurs, chaque centre peut également vous proposer d'autres bilans (dentiste, nutritionniste, gynécologue,...) qui feront partie de votre bilan de santé, mais dont les résultats ne sont pas intégrés dans Constances. Cependant, Constances c'est tout d'abord la participation à la recherche médicale, dont les retombées scientifiques pourront permettre d'améliorer pour chacun la santé de demain. En savoir plus sur les bénéfices pour les volontaires

En dehors du fait de bénéficier d'un examen de santé complet et de grande qualité, participer à Constances est une façon originale d'aider la recherche médicale, non pas en donnant de l'argent, mais en donnant un peu de son temps.

Le bilan de santé proposé dans les Centres d’examens de santé dure en général une matinée. Il peut durer de 2 heures à plus si vous avez 45 ans et plus et que vous passez un bilan cognitif et fonctionnel. Certains Centres d’examens de santé proposent un bilan en deux temps, dans ce cas il vous est proposé dans un premier temps de réaliser les examens complémentaires, puis de prendre un second rendez-vous pour la consultation médicale.
Ensuite, un nouvel examen de santé vous sera proposé tous les 5 ans.

Pour en savoir plus, vous pouvez contacter votre Centre d’examens de santé.

Le bilan de santé réalisé dans le cadre de Constances correspond au bilan de santé proposé par l'Assurance maladie, mais avec quelques spécificités :

  • il s'agit d'un examen non « modulé », c'est-à-dire que l'ensemble des volontaires bénéficie du même bilan de santé, sauf contre-indication ;
  • un bilan cognitif et fonctionnel est réalisé pour les personnes âgées de 45 ans et plus ;
  • enfin, l'ensemble du bilan est réalisé suivant des protocoles standardisés qui garantissent l'homogénéité des examens réalisés.

Constances et les CES

Pour des raisons de confidentialité, nous ne pouvons gérer nous-même les rendez-vous des volontaires Constances. Pour modifier ou annuler un rendez-vous, il faut contacter votre Centre d'examens de santé.

Si vous avez renvoyé votre bulletin d'inscription, votre Centre d'examens de santé vous convoquera. Il n'y a aucune autre démarche à faire. Cependant, selon l'organisation et les disponibilités d'accueil des centres, la réponse peut se faire attendre un peu. Toute demande de bilan de participation à la cohorte Constances sera acceptée. Vous pouvez également contacter votre centre si vous souhaitez en savoir plus.

Le bilan de santé dont vous bénéficiez est entièrement pris en charge par votre assurance maladie. Cependant, il n'est pas possible de prendre en charge les frais liés à un éventuel jour de congé.

Non, les frais de déplacement liés à l'examen de santé ne peuvent pas être pris en charge.

Vous pouvez être volontaire de la cohorte Constances, en présentant une candidature spontanée, selon les conditions suivantes : il faut être âgé de 18 à 69 ans, résider dans l'un des 16 départements Constances et être affilié au régime général de la Sécurité Sociale, à la Camieg ou l'une des mutuelles suivantes : LMDE, MFP Services, MGEN, MNH, Mutuelle générale. Dans ce cas, il vous suffit de contacter directement le Centre d'examens de santé et indiquer que vous voulez devenir volontaire Constances.

Pour pouvoir être volontaire de la cohorte Constances, il faut être âgé de 18 à 69 ans, résider dans l'un des 16 départements Constances et être affilié au régime général de la Sécurité Sociale, à la Camieg ou l'une des mutuelles suivantes : LMDE, MFP Services, MGEN, MNH, Mutuelle générale.

La phase d'inclusion des volontaires Constances est prévue sur 5 ans. Vous pouvez vous porter volontaire à tout moment de la phase d'inclusion. Si vous avez reçu une lettre d'invitation, il est préférable de répondre le plus rapidement possible et, surtout, de ne pas attendre plus de 6 mois après la réception du courrier.

Les bilans de santé sont proposés aux assurés sociaux tous les 5 ans. Dans le cadre de la cohorte Constances, à titre exceptionnel, il est possible de bénéficier du bilan de santé 6 mois après un précédent bilan. Par contre, il ne nous est pas possible de récupérer les résultats de votre premier bilan, car le bilan de santé Constances est réalisé suivant un protocole bien défini qui diffère de celui de l'examen habituel.

Oui, si la nouvelle adresse est située dans l'un des 16 départements (ou caisses) où un Centre d'examens de santé participe à Constances : Bouches-du-Rhône (13), Charente (16), Côtes-d'Armor (22), Gard (30), Haute-Garonne (31), Gironde (33), Ille-et-Vilaine (35), Indre-et-Loire (37), Loire-Atlantique (44), Loiret (45), Meurthe-et-Moselle (54), Nord (caisse 595 de Lille et caisse 624 de l'Artois), Pyrénées-Atlantiques (64), Rhône (69), Paris (75), Vienne (86).

Il vous suffit de contacter le Centre d'examens de santé dont vous dépendez.

Il faut être affilié au régime général de la Sécurité sociale ou l'une des mutuelles participant à Constances pour pouvoir bénéficier d'un bilan de santé, dans le cadre de Constances. Ainsi, si vous avez changé de régime au moment de la réception de l'invitation, vous ne pourrez malheureusement pas participer au projet Constances.

Un certain nombre des invitations adressées par Constances contient des erreurs sur le nom de famille. Ces erreurs qui nous ont été signalées ne sont pas du fait de l'équipe Constances, qui ne peut en aucun cas avoir accès aux données nominatives. Ce circuit passe par de nombreuses institutions (CNAV, CNAMTS, mutuelles) qui peuvent détenir des informations qui ne sont peut-être plus à jour. Il nous est également impossible de procéder nous-même à la rectification de ces informations, pour les mêmes raisons de confidentialité. Si vous souhaitez participer à Constances, il vous suffit de contacter le Centre d'examens de santé dont vous dépendez.

Constances et la recherche

Bien sûr ! Les équipes de recherche françaises vont pouvoir bénéficier des très riches données recueillies par Constances, et plus d'une trentaine de projets de recherche sont déjà en préparation. Mais la recherche aujourd'hui est internationale, et des projets viennent aussi d'équipes de différents pays, parfois en collaboration avec des équipes françaises. De plus, Constances fait partie de « consortiums » de recherche européens qui associent des cohortes comparables de plusieurs pays ; ceci est important, car cela permet de regrouper des données pour l'étude de phénomènes peu fréquents, augmentant ainsi la « puissance » des études. De plus, pouvoir analyser des données provenant de populations différentes par divers aspects permet de mieux comprendre ce qui est universel et ce qui est spécifique de chaque pays.

Il existe des cohortes épidémiologiques dans de nombreux pays ; en France il y a eu quelques expériences, mais limitées à des problèmes ou des populations spécifiques : on manque de systèmes d'observation "généralistes", comme il en existe par exemple aux États-Unis avec une cohorte d'environ 300 000 infirmières suivies depuis 30 ans. En Europe, se mettent également en place de très grandes cohortes de plusieurs centaines de milliers de participants, notamment en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Suède, aux Pays-Bas. Le pari de Constances, c'est de mettre la France au même niveau que ce qui existe dans les pays modernes qui ont une recherche en santé publique développée.

La mission première des CES est de faire de la prévention : les personnes qui viennent passer des examens de santé dans les CES sont une toute petite minorité par rapport à l’ensemble de la population française. Le but de Constances, c’est de faire bénéficier l’ensemble de la collectivité en termes de connaissances scientifiques et de santé publique de ce qu’on peut recueillir auprès d’une petite fraction de la population. Et, pour l’essentiel, le rôle des CES dans Constances consiste à recueillir de bonnes données à partir des examens de santé qui sont leur pratique habituelle.

Constances va bénéficier à deux grands domaines, différents, mais très complémentaires : la santé publique et la recherche.

La santé publique : Constances sera un très large échantillon visant à être proche de la structure de la population française adulte affiliée au Régime Général, qui permettra d'avoir une information sur l'état de santé dans toutes ses dimensions, physique, psychique, sociale. Constances permettra d'identifier éventuellement des catégories de population qui ont des besoins particuliers, comme les personnes qui souffrent de maladies chroniques. Constances facilitera aussi l'évaluation des actions de santé publique, par exemple les parcours de prévention ; elle permettra d'étudier l'évolution dans le temps du parcours de soin des personnes en fonction de leurs caractéristiques personnelles et de santé. Constances est un outil de description des problèmes de santé, d'identification de groupes de population ou de problèmes de santé émergents et d'évaluation des pratiques préventives.

La recherche : une très grande partie des connaissances médicales vient de l'épidémiologie ; c'est par l'observation épidémiologique qu'a été identifié le rôle cancérogène du tabac ou de l'amiante, ou qu'a été mise en évidence l'apparition du sida. L'observation épidémiologique est aussi utile pour comprendre et maîtriser des problèmes déjà connus que pour identifier des problèmes émergents. Dans Constances, une attention particulière est portée à l'amélioration des connaissances médicales et scientifiques, plus particulièrement dans certains domaines importants :

  • les risques professionnels, particulièrement les effets à court et long terme des conditions de travail et des expositions professionnelles sur la santé ; Constances est d'ailleurs associée au Département Santé Travail de l'Institut de Veille Sanitaire qui a pour projet dans ce domaine un programme complémentaire appelé Coset
  • les inégalités de santé, sociales et territoriales, afin d'identifier les catégories de personnes en situation défavorisée ou précaire, et de comprendre les déterminants des inégalités sociales de santé et de pouvoir évaluer des actions destinées à les réduire
  • le vieillissement de la population et les maladies chroniques, questions extrêmement préoccupantes pour l'avenir de la santé dans notre pays et l'avenir de notre système de protection sociale
  • l'environnement, dans ses dimensions physiques et socio-économiques
  • l'alimentation, qui joue un rôle très important vis-à-vis de la santé
En savoir plus sur les apports de Constances