Dépression et conséquences sociales

Caractéristiques

Responsable scientifique C. Lemogne
Organisme de rattachement AP-HP / Centre Université de Paris Cité
Laboratoire / Lieu France
Année de dépôt 2014
Type de projet Données uniquement

Contexte

La recherche a observé d’importantes inégalités sociales en ce qui concerne la dépression, les personnes ayant une faible position socio-économique étant plus susceptibles d’être déprimées et de présenter des symptômes graves et persistants. Cependant, la contribution de la position socio-économique à la dépression et l’impact des symptômes dépressifs sur la position socio-économique ne sont pas encore totalement compris. Un aspect qui n’est pas encore élucidé est le rôle des différentes caractéristiques socio-économiques à court et à long terme. La contribution de l’accès au traitement aux inégalités socio-économiques en matière de dépression est un autre domaine qui doit être étudié. Enfin, l’impact de la dépression peut être différent selon la position socio-économique des individus, mais les données à ce sujet sont rares.

Objectives

Les objectifs de ce projet seront de tester les associations à long terme entre les caractéristiques socio-économiques telles que le niveau d’éducation, la catégorie professionnelle, le statut d’emploi, les ressources financières et le statut de migrant et la dépression ainsi que l’accès au traitement en cas de symptômes dépressifs. En outre, parmi les personnes déprimées au début de l’étude, nous étudierons l’évolution de la situation socio-économique à partir du début de l’étude. Les données de l’étude de cohorte CONSTANCES sont particulièrement adaptées à ce projet pour plusieurs raisons : 

  1. taille importante de l’échantillon ;
  2. mesures validées des symptômes dépressifs ;
  3. mesures multiples de la position socio-économique, y compris les trajectoires professionnelles ;
  4. accès aux données sur les traitements antidépresseurs et les hospitalisations dues à la dépression. 

Méthodes

Les états dépressifs seront mesurés au début de l’étude et tous les trois ans à l’aide de l’échelle CESD. Les données seront analysées en tenant compte de facteurs tels que le sexe, l’âge, le statut marital, les événements de la vie, les comportements de santé et le surpoids, et en utilisant les méthodes statistiques les plus appropriées (régression logistique et linéaire pour les données transversales, régression de Cox ou modèles GEE pour les analyses prospectives, selon qu’elles sont basées sur des mesures répétées ou non). Nous testerons systématiquement les différences d’âge et de sexe dans les associations entre la position socio-économique et la dépression. 

Perspectives

Les résultats de cette étude aideront à comprendre les mécanismes qui sous-tendent les inégalités socio-économiques en matière de dépression, et permettront éventuellement d’élaborer des stratégies visant à les réduire.

Note : Ce projet fait partie du consortium de recherche ‘DEDALE – Déterminants et évolution des états dépressifs : approche longitudinale en épidémiologie intégrative’. 

Aller au contenu principal