Cancer et contamination des eaux de boisson

Caractéristiques

Responsable scientifique C. Villanueva
Organisme de rattachement ISGlobal
Laboratoire / Lieu Espagne
Année de dépôt 2019
Type de projet Données uniquement

Contexte

Le cancer du sein et le cancer colorectal se classent au premier et troisième rang des cancers les plus incidents dans le monde.

Une partie de la charge de morbidité demeure inexpliquée par les facteurs étiologiques connus et certains produits chimiques présents dans l’eau potable ont été suggérés comme facteurs de risque. Le nitrate et les sous-produits de désinfection (DBP) sont répandus dans l’eau potable. Le nitrate provient des engrais utilisés dans l’agriculture intensive et des déchets des exploitations intensives. Les DPB forment un mélange complexe généré dans le traitement de l’eau potable en tant que sous-produits indésirables de la désinfection. Les trihalométhanes (THM) sont des DBP de chloration répandus utilisés comme marqueurs de l’exposition au DBP dans les études épidémiologiques. D’autres désinfectants (par exemple l’ozonation, le dioxyde de chlore) produisent d’autres DBP (par exemple le bromate, le chlorite, le chlorate). Nous sommes tous exposés aux THM par ingestion, inhalation ou absorption cutanée dans les douches ou les bains, car les THM sont volatils et perméables à la peau. L’exposition à long terme aux nitrates et aux THM à des niveaux inférieurs aux limites réglementaires a été liée au cancer colorectal et au cancer du sein. Cependant, les connaissances actuelles ne sont pas concluantes, en particulier en ce qui concerne la co-exposition au nitrate et à plusieurs DBP.

Nous proposons la première évaluation basée sur une large cohorte prospective basée sur la population française (CONSTANCES), comprenant 200,000 sujets issus de zones avec variabilité d’exposition.

Objectifs

Cancer-Watch vise à fournir de nouvelles preuves épidémiologiques sur l’association entre les sous-produits de désinfection et le nitrate dans l’eau potable avec un risque de cancer du sein et colorectal. Plus précisément, nous allons :

  1. Vérifier la source d’eau potable et le traitement dans les zones d’étude pour la période 1950-2019 ;
  2. Modéliser le niveau de THM, bromate, chlorate, chlorite et nitrate dans l’eau potable ;
  3. Valider les données de surveillance de routine actuelles avec ses propres mesures ;
  4. Estimer l’exposition à long terme au THM, au bromate, au chlorite, au chlorate et au nitrate dans la population étudiée ;
  5. Évaluer le risque de cancer du sein et colorectal associé à une exposition à long terme aux THM, au bromate, au chlorate, au chlorite et au nitrate, en tenant compte des facteurs de confusion.

Méthodes

Les informations personnelles des sujets de l’étude CONSTANCES sont collectées via des questionnaires auto-administrés lors de l’inscription (2012-2019) puis annuellement, un examen de santé tous les 5 ans et un lien avec les bases de données nationales sur la santé.

Nous utiliserons les antécédents résidentiels, l’incidence du cancer et les covariables pertinentes.

Nous collecterons des données de surveillance de routine de la qualité de l’eau potable dans les zones d’étude par le biais de bases de données centralisées et de contacts avec les compagnies des eaux et les autorités locales. Les informations collectées comprennent la source d’eau (% de la surface par rapport au sol) et l’historique du traitement depuis 1950, ainsi que les mesures du nitrate, des THM, du bromate, du chlorate, du chlorite et d’autres contaminants pertinents de l’eau potable (par exemple les pesticides).

Nous recueillerons des échantillons d’eau potable pour mesurer les nitrates, les THM, le bromate, le chlorate, le chlorite et les acides haloacétiques afin de valider les données recueillies et de comprendre la composition du DBP.

Nous modéliserons les niveaux historiques moyens annuels de nitrate, THM (chloroforme, bromodichlorométhane, dibromochlorométhane, bromoforme), bromate, chlorate et chlorite dans l’étude. Pour les années où les données sont manquantes, les niveaux seront estimés en utilisant la source d’eau et le traitement comme prédicteurs.

L’exposition résidentielle sera estimée par le lien de l’adresse avec les concentrations annuelles dans l’eau potable. La concentration moyenne à vie sera estimée et les habitudes personnelles de consommation d’eau (robinet, bouteille) seront prises en compte pour estimer l’exposition par ingestion.

Le risque de cancer colorectal et du sein associé à une exposition à long terme au nitrate, aux THM, au bromate, au chlorate, au chlorite et au mélange sera estimé à l’aide de modèles multivariés (par exemple la régression de Cox) en ajustant les covariables pertinentes.

Perspectives

Cancer-Watch contribuera à élucider le rôle des produits chimiques répandus dans l’eau potable sur le risque de cancers très fréquents dans la population, fournissant ainsi des preuves pertinentes pour l’évaluation et la réglementation des risques pour la santé avec un énorme potentiel de réduction de la charge de morbidité.

Aller au contenu principal