Différences de santé entre hommes et femmes

Caractéristiques

Responsable scientifique E. Cambois
Organisme de rattachement Institut national d’études démographiques (INED)
Laboratoire / Lieu Mortalité, santé, épidémiologie, Paris
Année de dépôt 2017
Type de projet Données uniquement

Contexte

Dans toutes les enquêtes santé en population, les femmes déclarent davantage de problèmes de santé que ne le font les hommes. L’espérance de vie des femmes est plus élevée que celle des hommes, mais elles passent plus d’années en situation d’incapacité et de dépendance. La littérature montre que les disparités et leur évolution sont en partie liées aux différences dans les maladies et dans les comportements, qui ont évolué très différemment pour les hommes et les femmes au cours des dernières décennies. Mais elles résultent aussi des situations sociales spécifiques qu’ils et elles vivent tout au long de leur vie (sur le marché du travail, à domicile, dans la vie familiale) et qui génèrent des expositions différentes aux risques de maladies et accidents.

Objectifs

Les différences de santé entre hommes et femmes, si elles sont liées à leurs parcours professionnels et familiaux, peuvent se lire comme des inégalités sociales parce qu’elles relèvent d’une organisation sociale genrée ; au total, cette organisation induit des trajectoires différentes et des expositions inégales à des risques de santé, ou à des chances inégales de s’en protéger. Il est dès lors en partie du ressort des politiques publiques de réduire la part des différences de santé qui relèvent du contexte social. Au total, les inégalités de santé entre hommes et femmes, et leur évolution au cours du temps, résultent de mécanismes sociaux et de santé dont nous proposons d’analyser ici certaines composantes et leur intrication. 

Méthodes

L’analyse de situations sociales critiques déterminantes pour la santé est souvent difficile à appréhender dans les enquêtes en population classiques du fait de taille réduite des échantillons, des variables sociales limitées ou de la nature des indicateurs de santé disponibles. Les données de Constances représentent une opportunité inédite de dépasser ces limites en combinant les données biomédicales, la santé déclarée, les examens et les données administratives, sur un échantillon de très grande taille. La première phase de ce projet consistera à explorer les données, principalement celles disponibles au recrutement. A plus long terme, le projet se développera sur la base de ces premières explorations et en s’appuyant sur les données de suivi de l’échantillon. 

  • Une première partie de ce projet visera à décrire et à comprendre les différences de santé entre femmes et hommes. Un volet premier s’appuiera sur les outils d’analyse statistique pour décrypter l’ampleur et la nature des différences de santé femmes-hommes à travers : [I.1] une description fine des situations de santé (symptômes, maladies, incapacités, dépendance, espérances de vie en santé), en lien avec des facteurs de risque sanitaires et sociodémographiques et [I.2] l’identification des caractéristiques bio-psychosociales déterminantes dans ces situations de santé. Le second volet permettra [II.1] la mise en évidence de parcours sociaux, professionnels et familiaux associés aux différences de santé entre les sexes ; [II.2] l’exploration de l’effet qu’ont pu avoir des dispositifs issus des politiques publiques sur ces parcours, de manière différenciée selon le sexe, et par voie de conséquence sur la santé et les différences femmes-hommes (conciliation vie familiale vie – professionnelle, équité dans les carrières, etc.). 
  • La seconde partie visera à conduire une réflexion sur l’invisibilité de situations sociales, professionnelles et familiales critiques susceptibles de jouer sur la santé ; nous proposons de parcourir des dispositifs d’enquêtes en France et à l’étranger qui appréhendent de manière précise l’articulation des histoires familiales et professionnelles. Il s’agira d’identifier des modules de questions, au croisement des sphères professionnelles et privées. Cette partie du projet sera menée en interaction avec l’équipe de Constances de manière à aboutir à terme à des propositions pour ajuster ou compléter les questionnaires annuels et se donner les moyens de révéler davantage de déterminants sociaux des différences de santé au sein de la population, notamment entre hommes et femmes.

Perspectives

Ce projet a pour perspectives de court terme et de long terme une meilleure prise en compte des rôles sociaux, des activités et expositions différenciées selon le sexe et de leurs liens avec l’état de santé. Ce projet vise à élargir le champ des déterminants sociaux de la santé aux parcours et à l’intersection entre la sphère professionnelle et la sphère familiale, en envisageant l’impact de certaines politiques publiques. Ce faisant, ce projet permettra d’élargir le champ des leviers d’action pour améliorer l’état de santé de la population en général et potentiellement réduire les différences de santé entre groupes de population. 

INFOS COMPLÉMENTAIRES, ICI 

Aller au contenu principal