Expositions environnementales en milieu urbain et fonctionnement cognitif

Caractéristiques

Responsable scientifique B. Jacquemin
Organisme de rattachement Inserm
Laboratoire / Lieu UMRS1085 - IRSET Institut de Recherche Santé Environnement Travail
Année de dépôt 2019
Type de projet Données uniquement

Contexte

La connaissance des effets de l’environnement urbain sur le fonctionnement cognitif est actuellement limitée. Ici, l’environnement urbain inclut les espaces verts (c’est-à-dire végétalisés comme les parcs, forêts, etc) et bleus (c’est-à-dire aquatiques comme les fleuves, les fronts de mer, etc), le bruit et la pollution lumineuse. La littérature sur le sujet reste rare ; la plupart des études existantes présentent des limitations importantes comme le fait de ne prendre en compte que peu de variables de confusion, ne pas avoir de tests cognitifs standardisés ou utiliser des registres de démences, de n’avoir qu’une mesure de fonction cognitive, de n’inclure que des personnes âgées de plus de soixante ans – ou des enfants – et d’avoir une petite taille d’échantillon. En résumé, l’étude des effets de l’environnement urbain sur la cognition pose encore de nombreuses questions et plusieurs défis méthodologiques, que nous allons surmonter pour la plupart dans ce projet.

Objectifs

Notre projet vise à évaluer l’association entre l’exposition à l’environnement urbain et le fonctionnement cognitif dans une grande cohorte d’adultes en population. Notre hypothèse générale est que cet environnement favorise (proximité aux espaces verts et bleus) ou affecte (bruit et pollution lumineuse) les fonctions cognitives chez les adultes.

Méthodes

Notre projet se base sur la cohorte CONSTANCES, initiée fin 2012 et qui inclut 200 000 participants depuis février 2019. La cohorte est composée d’adultes, issus de la population générale par tirage au sort, âgés de 18 à 69 ans au recrutement et résidant en France.

À l’inclusion, les participants remplissent un questionnaire et bénéficient d’un examen de santé. Le suivi comprend un questionnaire annuel, un examen de santé tous les 3 à 5 ans et bénéficie d’un suivi passif via l’appariement aux bases de données nationales médico-administratives. Une large gamme de données est recueillie sur la santé, les caractéristiques sociodémographiques, les événements de vie, les comportements et les facteurs professionnels. En particulier, CONSTANCES inclut des tests cognitifs explorant les performances cognitives globales, l’attention et le fonctionnement exécutif, la fluidité verbale, la mémoire et la vitesse psychomotrice dès 45 ans, soit 15 ans plus tôt dans la vie que la plupart des cohortes qui étudient performance et déclin cognitif.

L’exposition à l’environnement urbain sera évaluée individuellement à l’adresse résidentielle :

  • les espaces verts grâce à deux indices de végétation issus de méthodologies standardisées,
  • les espaces bleus grâce aux cartes d’utilisation du territoire,
  • le bruit grâce aux cartes d’exposition au bruit dans les grandes villes,
  • et la pollution lumineuse grâce à l’imagerie satellite de pointe.

Trois partenaires transdisciplinaires sont impliqués dans le projet, incluant des chercheurs ayant une solide expérience en épidémiologie environnementale, gestion des cohortes, et cognition.

Aller au contenu principal