Facteurs individuels et contextuels et réserve cognitive

Caractéristiques

Responsable scientifique C. Berr
Organisme de rattachement Inserm
Laboratoire / Lieu Montpellier
Année de dépôt 2014
Type de projet Données uniquement

Contexte

L’hypothèse de la réserve cognitive (RC) explique pourquoi les personnes ayant un QI, un niveau d’éducation ou un niveau professionnel plus élevés ont moins de risques de développer une démence ou une déficience cognitive. Les études sur la RC reposent sur différents indicateurs, un grand nombre d’entre elles ayant examiné le rôle de l’éducation. La réserve cognitive pourrait être le résultat d’expériences accumulées tout au long de la vie, influencées par les conditions de l’enfance (facteurs familiaux), des périodes prolongées d’activités cognitives stimulantes sur le lieu de travail ou en dehors, y compris les loisirs et l’activité sociale, mais aussi par d’autres facteurs exogènes tels que les facteurs contextuels. Les emplois stimulants, qui impliquent la nouveauté, l’engagement avec les autres, etc. sont susceptibles d’avoir un effet protecteur sur la cognition. En revanche, en ce qui concerne l’emploi, les effets négatifs sur la cognition peuvent être liés à des expositions psychosociales ou à des expositions chimiques/physiques. Une autre étape importante dans l’étude de la place de la profession dans le parcours de vie est le moment de la retraite et son influence potentielle sur la santé et la cognition.

Objectifs

Notre objectif général est d’examiner l’association entre le vieillissement professionnel multiforme et le vieillissement cognitif, d’abord séparément, puis simultanément, en tenant compte des interactions entre les dimensions positives ou négatives considérées.

A. Examiner l’association entre les visions multiformes de l’exposition au travail et le vieillissement cognitif

B. Évaluer l’influence de la retraite professionnelle sur la cognition

C. Identifier la contribution respective des indicateurs de réserve cognitive mesurés à différents niveaux (individuel, familial, contextuel) dans leurs relations avec les fonctions cognitives

Méthodes

L’échantillon de notre étude comprendra tous les sujets de plus de 45 ans qui ont accepté et terminé l’exploration des capacités cognitives. Différentes expositions seront prises en compte (exposition professionnelle, proxies individuels et familiaux de la réserve cognitive, facteurs contextuels). Notre première mesure de résultat sera la performance cognitive au départ.

L’analyse des expositions individuelles se fera à l’aide d’un modèle de régression linéaire multivariée pour l’analyse transversale et d’un modèle de régression linéaire mixte multivariée pour l’analyse longitudinale. Pour l’étude des facteurs contextuels, nous utiliserons un modèle de régression multiniveau.

 

Perspectives

Ce projet permettra d’apprécier la place des facteurs individuels et environnementaux qui peuvent être utiles pour définir les groupes à risque de déficience cognitive ou de déclin cognitif et de démence, au milieu de la vie ou chez les personnes âgées. Pour certaines des expositions étudiées (c’est-à-dire les expositions chimiques, le stress au travail), les résultats pourraient conduire à des programmes de prévention.

Informations réglementaires

Responsable de traitement

Le traitement des données est placé sous la responsabilité de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), responsable du traitement des données à caractère personnel, situé au 101 rue de Tolbiac, 75 013 Paris – www.inserm.fr.

Délégué à la protection des données

Pour la cohorte et le projet : Déléguée à la Protection des Données de l’Inserm, dpo@inserm.fr ou 101 rue de Tolbiac, 75 013 Paris.

Base légale du traitement et recours à des données dites sensibles

Le traitement de données personnelles nécessaire à la mise en oeuvre de cette étude répond à l’exécution d’une mission d’intérêt public dont est investi l’Inserm et nécessite le traitement de données personnelles de santé à des fins de recherche scientifique.

Catégories de données concernées par les traitements

Sont concernées : Données relatives aux habitudes de vie, données socioéconomiques et démographiques individuelles et contextuelles / Bilans cognitifs et physiques / Facteurs de santé déclarés ou mesurés à l’occasion d’une visite dans le centred’examen de santé ou renseignés dans le questionnaire annuel, susceptibles d’être associés au fonctionnement cognitif et physique et à l’environnement de vie.

Destinataires ou catégories de destinataires des données à caractère personnel

Dans le cadre de cette recherche, les données seront transmises au responsable du projet, à l’Inserm (Institut public), France. Ce transfert est nécessaire à la réalisation des analyses statistiques par l’équipe de recherche constituée de membres de l’INSERM U1298, INM - Institut de Neurosciences de Montpellier - France, et des ingénieurs de la plateforme de biostatistiques en épidémiologie en charge de réaliser les analyses statistiques au sein de cet institut.

Durée de conservation en base active des données à caractère personnel

Les données seront conservées 5 ans dans les systèmes d’information sécurisés de l’institut des Neurosciences de Montpellier, de mai 2023 à mai 2028.

Droits des personnes concernées et modalités d’exercice de ces droits

Les données nécessaires à ce projet sont traitées conformément au Règlement Général relatif à la Protection des Données « RGPD » (Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016) et à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés. L’ensemble des droits et les moyens pour les exercer sont disponibles sur : « Espace Volontaire » « Droits et protection des données ».

Aller au contenu principal