Inégalités socio-territoriales et consommation de tabac

Caractéristiques

Responsable scientifique M. Mary-Krause
Organisme de rattachement Inserm-Sorbonne Université
Laboratoire / Lieu IPLESP, Paris
Année de dépôt 2022
Type de projet Données uniquement

Contexte

La dépendance à la consommation de substances psychoactives est marquée par des inégalités socio-économiques. Des études ont déjà décrit un gradient socio-économique de la consommation de tabac, les groupes les plus défavorisés étant plus susceptibles de commencer à fumer à un âge précoce, et moins susceptibles de réussir à arrêter. En France, alors que le tabagisme a globalement diminué au cours de la dernière décennie, les inégalités socio-économiques se sont intensifiées, les taux de tabagisme ayant augmenté parmi les plus défavorisées. La recherche sur le tabac s’est surtout concentrée sur l’étude des facteurs de risque au niveau individuel. Toutefois, de plus en plus d’études suggèrent l’existence d’un lien entre les caractéristiques socio-économiques des quartiers et la consommation de substances des personnes, y compris le tabagisme. Des études ont observé que les résidents des quartiers à faible niveau socio-économique sont plus susceptibles d’être des fumeurs très dépendants et moins susceptibles d’arrêter de fumer. Cependant, la capacité à identifier les effets causaux reste un problème central. Un nombre très limité d’études ont adopté une approche longitudinale, et un nombre encore plus limité ont employé des stratégies analytiques rigoureuses pour résoudre le problème du biais de sélection dans la prise en compte des caractéristiques des quartiers. Sans identification des causes, il est impossible de déclarer avec certitude que la défavorisation du quartier cause le tabagisme. En plus, nous avons besoin d’une identification causale pour quantifier les effets du quartier sur le tabagisme et pour déterminer les mécanismes sous-jacents à ces effets. 

Objectifs

L’objectif de ce projet est de mieux comprendre l’effet de l’environnement socio-économique des personnes sur leur consommation de substances psychoactives, afin de déterminer les inégalités socioterritoriales associées au tabagisme. Nous cherchons à identifier l’effet contextuel causal, s’il existe, de la composante socio-économique d’un quartier sur la consommation de tabac. 

Méthodes

Nous utiliserons les données de tous les participants de Constances qui ont répondu à au moins une vague de Constances entre 2012 et 2020 ; qui disposent d’informations contextuelles pour au moins une vague ; et ont fourni au moins une fois des informations sur le tabac. Le principal outcome de cette étude est la consommation de tabac, mesurée comme une variable binaire indiquant le tabagisme actuel à chaque vague de Constances. La principale exposition d’intérêt est le niveau socio-économique du quartier, qui sera mesuré en utilisant les quintiles de l’indice de privation français (FDEP). Le FDEP est lié aux participants par leur zone de recensement, appelée IRIS (Ilots Regroupés pour l’Information Statistique). Nous utiliserons un modèle structurel marginal (MSM) pour estimer l’effet causal du FDEP sur le tabagisme. Nous construirons des pondérations de probabilité inverse de traitement (IPTW) pour équilibrer une variété de covariables changeant dans le temps et stables dans le temps, associées à l’exposition et à l’outcome, au travers des quintiles du FDEP à chaque vague afin de traiter efficacement les biais de sélection. Les pondérations seront appliquées à un modèle longitudinal, comme un modèle à effets fixes ou une équation d’estimation généralisée. 

Perspectives

Cette étude enrichira notre connaissance sur les facteurs associés au tabagisme, en particulier les facteurs contextuels des quartiers d’habitation. Les résultats seront ainsi une aide pour les politiques de santé publique, permettant ainsi de mieux cibler les populations vulnérables afin de réduire les inégalités en rapport avec le tabagisme. 

Informations réglementaires

Responsable de traitement

Le traitement des données est placé sous la responsabilité de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), responsable du traitement des données à caractère personnel, situé au 101 rue de Tolbiac, 75 013 Paris – www.inserm.fr.

Délégué à la protection des données

Pour la cohorte et le projet : Déléguée à la Protection des Données de l’Inserm, dpo@inserm.fr ou 101 rue de Tolbiac, 75 013 Paris.

Base légale du traitement et recours à des données dites sensibles

Le traitement de données personnelles nécessaire à la mise en oeuvre de cette étude répond à l’exécution d’une mission d’intérêt public dont est investi l’Inserm et nécessite le traitement de données personnelles de santé à des fins de recherche scientifique.

Catégories de données concernées par les traitements

Ainsi, les données suivantes seront transmises à la responsable du projet, la plupart d’entre elles correspondant à des facteurs associés à la consommation de tabac : les données socio-démographiques (sexe, date de naissance (mois et année), IRIS correspondant au lieu de résidence), aux données de santé, à la situation familiale, aux événements de vie, au mode de vie, au niveau de formation des volontaires et de leurs parents, à la catégorie socio-professionnelle des volontaires et à celle de leurs parents, à la vie professionnelle, aux données relatives à la consommation de tabac, d’alcool et de cannabis.

Destinataires ou catégories de destinataires des données à caractère personnel

Dans le cadre de cette recherche, les données seront transférées à la responsable du projet, ingénieur de recherche à l’INSERM (Institut public). Ce transfert est nécessaire à la réalisation des analyses statistiques par l’équipe de recherche : Equipe de recherche en épidémiologie sociale (ERES) de l’IPLES (UMR-S 1136).

Durée de conservation en base active des données à caractère personnel

Les données seront conservées dans les systèmes d’information sécurisés du responsable de traitement de septembre 2023 à décembre 2029, incluant la période de 2 ans après la dernière publication des résultats de la recherche.

Droits des personnes concernées et modalités d’exercice de ces droits

Les données nécessaires à ce projet sont traitées conformément au Règlement Général relatif à la Protection des Données « RGPD » (Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016) et à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés. L’ensemble des droits et les moyens pour les exercer sont disponibles sur : « Espace Volontaire » « Droits et protection des données ».

Aller au contenu principal