Obésité et maladies respiratoires

Caractéristiques

Responsable scientifique R. Varraso
Organisme de rattachement Inserm
Laboratoire / Lieu CESP UMR-S 1018, Villejuif
Année de dépôt 2021
Type de projet Données uniquement

Contexte

Dans les études épidémiologiques, l’obésité est souvent mesurée par l’indice de masse corporelle (IMC). Cependant, l’IMC ne reflète pas totalement la distribution des graisses corporelles ; aussi, plusieurs autres méthodes ont été proposées pour mesurer l’adiposité dans les études épidémiologiques, comme le tour de taille (TT) ou les silhouettes corporelles. Bien que l’obésité soit un facteur de risque reconnu pour l’asthme, le rôle des différentes fenêtres d’exposition dans l’association entre obésité et asthme reste mal connu. En particulier, on ignore si une obésité durant l’enfance qui tend à persister au début de la vie adulte (tracking) est liée à l’apparition de l’asthme à l’âge adulte. Outre l’IMC, le rôle de l’obésité abdominale, mesurée par le tour de taille, sur l’asthme a récemment été proposé. Cependant, on ignore toujours si cette association est indépendante de l’IMC ou non. Pour la BPCO, le rôle de la composition corporelle est double, avec une altération de la fonction ventilatoire associée à la fois à la maigreur et à l’obésité abdominale à travers des multimorbidités cardiovasculaires et métaboliques. D’autres études longitudinales sont nécessaires afin de clarifier la complexité des associations entre la composition corporelle et la BPCO. Un domaine de recherche encore peu étudié concerne l’effet des hormones sexuelles et les interactions entre le sexe, le statut hormonal et la composition corporelle sur l’asthme et la fonction ventilatoire. D’autres études sont nécessaires pour clarifier les mécanismes sous-jacents. De plus, il existe des relations complexes dépendantes du temps entre la composition corporelle et l’asthme et la BPCO, nécessitant l’utilisation de méthodes statistiques adaptées pour prendre en compte la confusion dépendante du temps. Au final, il est essentiel de mieux comprendre comment la composition corporelle affecte les maladies respiratoires en utilisant des études longitudinales avec des données répétées sur l’asthme et la fonction ventilatoire/BPCO, et différentes mesures de la composition corporelle. Il est aussi important de clarifier l’effet des hormones sexuelles et du sexe/genre, et leurs interactions avec la composition corporelle sur l’asthme et la fonction ventilatoire.

Objectifs

L’objectif général du projet est de clarifier le rôle de la composition corporelle sur l’asthme et la fonction ventilatoire, et d’étudier les possibles interactions avec le sexe et le statut hormonal sur ces associations.

Les objectifs spécifiques du projet seront d’étudier : 

1. Pour l’incidence de l’asthme à l’âge adulte et l’évolution des symptômes de l’asthme 

  1. Les associations entre l’évolution de la silhouette corporelle entre l’enfance et le
    début de l’âge adulte, avec l’asthme
  2. Les associations entre la composition corporelle (IMC et TT) à l’âge adulte et l’asthme
  3. Les interactions entre le sexe/le statut hormonal et la composition corporelle sur l’asthme

2. Pour la fonction ventilatoire, le déclin de la fonction ventilatoire et l’incidence de l’obstruction bronchique

  1. Les associations entre l’évolution de la silhouette corporelle entre l’enfance et le début de l’âge adulte, avec la fonction ventilatoire
  2. Les associations entre la composition corporelle (IMC et TT) à l’âge adulte et la fonction ventilatoire
  3. Les interactions entre le sexe/le statut hormonal et la composition corporelle sur la fonction ventilatoire

Méthodes

Le projet est basé sur les données respiratoires disponibles à l’inclusion et au suivi à quatre ans, et pour les analyses basées sur les silhouettes corporelles, sur les données du questionnaire annuel 2019 également. Toutes les analyses seront stratifiées a priori en fonction du sexe. 

1. Trajectoire des silhouettes corporelles entre 8 et 18 ans

Pour identifier les trajectoires de silhouettes corporelles entre 8 et 18 ans, nous utiliserons un modèle non paramétrique basé sur la modélisation des trajectoires de groupe (PROC TRAJ de SAS).


2. Analyses prévues pour l’objectif 1

  1. Pour les expositions évaluées à l’inclusion (trajectoires des silhouettes corporelles et TT), leur association avec l’incidence de l’asthme sera évaluée par des modèles de Cox, et leur association avec le changement du score de symptômes de l’asthme par des régressions logistiques multinomiales, en utilisant la catégorie « stable » comme catégorie de référence.
  2. Grâce aux mesures répétées de l’IMC depuis l’inclusion jusqu’au suivi à 4 ans, nous classerons les participants en fonction de leur changement de poids entre l’inclusion et le suivi 4 ans. Nous étudierons l’association entre ces profils de changement de poids et l’incidence de l’asthme ainsi que le changement du score des symptômes de l’asthme.
  3. À l’aide des mesures répétées de l’IMC à l’inclusion et au suivi à 4 ans, nous étudierons les associations dépendantes du temps entre l’IMC et l’asthme en utilisant des modèles appropriés pour les facteurs de confusion dépendants du le temps.

Pour étudier l’interaction avec le statut hormonal, nous stratifierons les analyses en fonction du statut hormonal (âge aux premières règles et statut ménopausique), et nous testerons les interactions. Nous effectuerons également des analyses stratifiées selon le niveau d’études, le tabagisme, l’activité physique et la rhinite allergique, et nous testerons les interactions. Enfin, des analyses de sensibilité excluant les participants présentant d’autres multimorbidités à l’inclusion ou au cours du suivi (cancer, MCV, diabète) seront réalisées.

3. Analyses prévues pour l’objectif 2

  1. Pour toutes les expositions évaluées à l’inclusion, leurs associations avec le changement de la fonction ventilatoire seront étudiées par des régressions linéaires, et pour l’incidence de l’obstruction bronchique par des modèles de régression logistique.
  2. Grâce aux mesures répétées de l’IMC depuis l’inclusion jusqu’au suivi à 4 ans, nous étudierons l’association entre les profils de changement de poids et le changement de la fonction ventilatoire (régressions linéaires) et l’incidence de l’obstruction bronchique (modèles de régression logistique).
  3. À l’aide des mesures répétées de l’IMC à l’inclusion et au suivi à 4 ans, nous étudierons les associations dépendantes du temps entre l’IMC et la fonction ventilatoire en utilisant des modèles appropriés pour les facteurs de confusion dépendants du le temps.

Pour étudier l’interaction avec le statut hormonal, nous stratifierons les analyses en fonction du statut hormonal et nous testerons les interactions. Comme le tabac est à la fois un facteur de confusion et d’interaction entre la composition corporelle et la fonction ventilatoire, nous effectuerons des analyses stratifiées selon le tabac et testerons l’interaction. Nous effectuerons également des analyses stratifiées en fonction du niveau d’étude et de l’activité physique. Enfin, des analyses de sensibilité excluant les participants présentant d’autres multimorbidités à l’inclusion ou au cours du suivi.

Perspectives

Ce projet représente une opportunité unique de tester, aussi bien chez des hommes que chez des femmes, plusieurs nouvelles hypothèses à partir d’une large cohorte issue de la population générale, et d’améliorer notre compréhension sur l’impact de la composition corporelle et des interactions entre la composition corporelle et les facteurs hormonaux sur l’asthme et la BPCO. Nous faisons l’hypothèse que ce projet permettra d’identifier un groupe d’individus dont les trajectoires de composition corporelle seront associées à une moins bonne santé respiratoire, ce qui devrait permettre de mieux comprendre certains mécanismes.

Aller au contenu principal