Pollution, espaces verts et santé cardiovasculaire

Caractéristiques

Responsable scientifique B. Jacquemin
Organisme de rattachement Inserm
Laboratoire / Lieu Rennes
Année de dépôt 2022
Type de projet Données uniquement

Contexte

La population mondiale augmente, vieillit et s’urbanise de plus en plus : 70 % de la population vivra vraisemblablement dans les villes d’ici 2030. Dans ce contexte, le fardeau des maladies non transmissibles devrait continuer d’augmenter, devenant un lourd fardeau pour les systèmes de santé. Les maladies cardiovasculaires (MCV) sont les maladies non transmissibles les plus fréquentes et la principale cause de décès prématuré dans le monde. Les facteurs de risque modifiables les plus étudiés sont les déterminants sociaux et comportementaux. Cependant, il ne faut pas négliger les déterminants environnementaux car identifier et agir sur les ceux-ci, avant même l’apparition de la maladie, pourrait avoir de larges bénéfices en termes de santé publique. Finalement, la santé et l’environnement sont souvent déterminés par des facteurs sociaux. 

Objectifs

Ce projet a cinq objectifs principaux :

  1. Développer des cartes d’exposition au bruit, à la lumière artificielle nocturne et des indicateurs d’espaces verts plus fins;
  2. Etudier les associations entre chaque exposition environnementale (pollution atmosphérique, bruit, lumière artificielle nocturne et proximité aux espaces verts) et la santé cardiovasculaires et les MCV;
  3. Etudier le rôle médiateur du score de santé cardiovasculaire idéale dans les associations entre chaque exposition environnementale et les MCV;
  4. Examiner l’effet conjoint de ces expositions environnementales sur la santé cardiovasculaire et les MCV;
  5. Explorer le rôle des facteurs sociodémographiques et socioéconomiques sur ces associations.

Méthodes

Pour ce faire, nous utiliserons CONSTANCES, une large cohorte prospective en population générale de près de 220 000 adultes âgés de 18 à 69 ans à l’inclusion (20122019). Des informations détaillées sur la santé, le mode de vie et les données sociodémographiques ont été recueillies à l’inclusion par le biais d’un examen médical complet et de questionnaires. Les participants à l’étude sont suivis avec des questionnaires annuels et des examens de santé tous les 4 ans. Un couplage est fait avec les bases de données administratives sociales et de santé, le Système National d’Informations de Santé (SNDS). De plus, les informations sur l’adresse géocodée des participants sont disponibles, pour tous, de manière prospective tout au long du suivi, et, pour 80000 participants, de manière rétrospective jusqu’à la naissance.  Les événements de santé seront définis à l’aide des : 1) questionnaires autoadministrés, 2) examens de santé effectués et 3) SNDS. Le score de santé cardiovasculaire sera défini selon les critères de l’American Heart Association (AHA) en tenant compte : de l’alimentation ; le tabagisme ; l’activité physique ; l’IMC ; la glycémie non traitée ; la pression artérielle non traitée; le cholestérol sanguin total non traité. Les cas incidents de maladies cardiovasculaires (accident vasculaire cérébral, infarctus du myocarde et insuffisance cardiaque), d’hypertension et de diabète seront identifiés à l’aide d’algorithmes (basé sur les données des questionnaires, des examens de santé et du SNDS) déjà utilisés et validés dans la cohorte.  L’estimation des expositions aux adresses de chaque participant, en tenant compte des historiques résidentiels, permettra une évaluation détaillée variant dans le temps. Certaines cartes d’exposition sont déjà disponibles (pollution de l’air et espaces verts), d’autres seront développées dans ce projet (lumière artificielle nocturne, bruit, autres indicateurs d’espaces verts) et pourront ultérieurement être utilisées dans d’autres projets, à Constances ou même d’autres cohortes françaises. Des analyses statistiques, seront faites pour évaluer si les personnes plus exposées ont une plus ou moins bonne santé cardiovasculaire, et plus ou moins d’évènements de santé, en prenant en compte d’autres variables associées avec les expositions et/ou les évènements de santé comme l’âge, le sexe, le niveau socio-économique, etc…  Trois partenaires transdisciplinaires sont impliqués dans le projet, avec une solide expérience en épidémiologie environnementale, en gestion de cohorte, en biostatistique, en épidémiologie cardiovasculaire, et en évaluation de l’exposition.  

Informations réglementaires

Responsable de traitement

Le traitement des données est placé sous la responsabilité de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), responsable du traitement des données à caractère personnel, situé au 101 rue de Tolbiac, 75 013 Paris – www.inserm.fr.

Délégué à la protection des données

Pour la cohorte et le projet : Déléguée à la Protection des Données de l’Inserm, dpo@inserm.fr ou 101 rue de Tolbiac, 75 013 Paris)

Base légale du traitement et recours à des données dites sensibles

Le traitement de données personnelles nécessaire à la mise en oeuvre de cette étude répond à l’exécution d’une mission d’intérêt public dont est investi l’Inserm et nécessite le traitement de données personnelles de santé à des fins de recherche scientifique.

Catégories de données concernées par les traitements

Ainsi les données médicales, les données relatives aux habitudes de vie, l'état de santé, ainsi que, dans la mesure où elles sont nécessaires à la recherche, les données relatives aux caractéristiques démographiques et socioéconomiques, seront transmises à l’investigateur et/ou à l’équipe coordinatrice de la recherche. Plus concrètement, les données demandées concerneront : Les maladies cardiovasculaires (incluant hypertension et diabète, les habitudes de vies et comportement (incluant l'activité physique, les habitudes alimentaires, le tabagisme, la consommation de boissons alcoolisées et le sommeil), les données de biométrie et biologiques (incluant la Tension artérielle, la Biochimie sanguine (glycémie, cholestérol total, cholestérol HDL, triglycérides), la taille et le poids), les informations démographiques, socio-économiques et socio-professionnelles), la zone géographique d'origine et les antécédents médicaux personnels et familiaux.

Destinataires ou catégories de destinataires des données à caractère personnel

Dans le cadre de cette recherche, les données seront transférées à Bénédicte Jacquemin, chargée de recherche à l’Inserm (institut public) à l’U1085, France par Constances. Ce transfert est nécessaire à la réalisation des analyses statistiques par des experts de la thématique de recherche.

Durée de conservation en base active des données à caractère personnel

Les données seront conservées dans les systèmes d’information sécurisés du responsable de traitement 4 ans ou jusqu’à deux ans après la dernière publication des résultats de la recherche ou, en cas d’absence de publication, jusqu'à la signature du rapport final de la recherche.

Droits des personnes concernées et modalités d’exercice de ces droits

Les données nécessaires à ce projet sont traitées conformément au Règlement Général relatif à la Protection des Données « RGPD » (Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016) et à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés. L’ensemble des droits et les moyens pour les exercer sont disponibles sur : « Espace Volontaire » « Droits et protection des données ».

Aller au contenu principal