Risque potentiel de cancer lié au tatouage

Caractéristiques

Responsable scientifique J. Schüz
Organisme de rattachement CIRC
Laboratoire / Lieu Lyon
Année de dépôt 2021
Type de projet Recueil complémentaire

Contexte

Malgré la forte prévalence des tatouages dans la population (18% en France, tendance à la hausse), les connaissances sur les conséquences sanitaires des tatouages sont rares et les tatouages sont généralement considérés comme inoffensifs pour la santé. Des recherches antérieures ont montré que les pigments des tatouages peuvent contenir des substances toxiques et migrer de la peau dans l’organisme, en premier lieu dans les ganglions lymphatiques. Selon la couleur et l’origine des encres de tatouage, les encres peuvent contenir des métaux, des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et des amines aromatiques primaires (AAP). Ces substances sont connues pour être cancérigènes pour l’homme, et il a été démontré qu’elles provoquent des cancers par exposition orale ou respiratoire. Leur exposition sous-cutanée, comme dans le cas des tatouages, reste largement inexplorée. On peut supposer que l’exposition de la peau et des ganglions lymphatiques est la plus élevée, mais la formation de cancers dans d’autres organes peut également être envisagée, car les pigments de tatouage, souvent de la taille de nanoparticules, peuvent passer des ganglions lymphatiques à d’autres organes (par exemple les reins, le foie, la rate, le cerveau) ou, sous l’effet des rayons UV, se cliver en AAP, affectant particulièrement la vessie. Bien que l’Agence européenne de la chimie (ECHA) ait récemment proposé une nouvelle restriction pour les ingrédients des encres de tatouage, il n’existe pas à ce jour de données épidémiologiques longitudinales sur l’exposition au tatouage pour évaluer un risque potentiel de cancer induit par le tatouage et informer cette politique.

Objectifs

La présente application CRABAT propose une évaluation détaillée de l’exposition au tatouage au niveau de la population dans le but d’étudier le risque potentiel de cancer lié au tatouage. La même approche est suivie au sein de la cohorte nationale allemande afin d’effectuer une analyse groupée des données. Les résultats primaires sont les lymphomes non hodgkiniens et les cancers de la peau. Les résultats secondaires comprennent le cancer d’organes vraisemblablement (moins) exposés (rein, foie, cerveau et vessie) ainsi que les effets sur la santé liés à la formation du cancer, notamment les pathologies immunitaires et les résultats en matière de reproduction. Le rôle des tatouages dans le diagnostic du cancer de la peau sera également exploré.

Méthodes

Après accord avec les IPs, l’exposition brute au tatouage a été collectée dans le questionnaire annuel 2020 de Constances via la question  »Avez-vous des tatouages ? ». Tous les participants à Constances qui ont répondu à cette question par  »oui » sont invités à participer à CRABAT. Sur la base des données préliminaires, nous estimons le nombre de tatoués parmi les participants à Constances ayant répondu au suivi 2020 à environ 22 000. Ce groupe  »exposé » (tatoué) recevra un questionnaire sur l’exposition au tatouage qui demandera des informations détaillées sur les tatouages des participants. Du point de vue des destinataires du questionnaire, l’étude est présentée comme une étude distincte, mais menée dans le cadre de Constances. Une lettre d’introduction est envoyée à tous les participants tatoués de Constances, signée par les investigateurs principaux de Constances et CRABAT. Les noms, adresses et numéros d’étude Constances sont fournis à une société de routage, tiers de confiance du CIRC, par le tiers de confiance de l’équipe Constances, dépositaire de ces informations. Chacun d’entre eux recevra une lettre d’invitation, personnalisée à son nom, présentant l’objectif de l’étude. Ce courrier sera accompagné du formulaire de consentement à être contacté pour des études de suivi sur les tatouages. Selon les préférences du participant, l’auto-questionnaire CRABAT sera disponible en ligne ou sur papier. Il comprend, entre autres, des questions sur la taille et la couleur des tatouages, la surface corporelle tatouée, l’emplacement du tatouage, l’âge depuis le premier tatouage et les problèmes de santé liés au(x) tatouage(s). Ces sujets sont directement liés à l’exposition au tatouage et à l’estimation de son risque et l’objectif de ces questions spécifiques est clairement indiqué dans la lettre d’introduction. Deux lettres de rappel sera envoyée aux participants qui n’ont pas répondu. Les données sur les résultats seront obtenues de différentes sources tous les 5 ans. Les données de suivi autodéclarées par Constances, le diagnostic validé par les dossiers médicaux par le tiers de confiance de Constances et les données du SNIIRAM accessibles via le serveur sécurisé du CASD. Les variables recueillies par Constances, nécessaires à l’estimation de l’incidence et à l’ajustement des facteurs de confusion, sont communiquées en fonction des besoins d’analyse de l’étude CRABAT. La liste de ces variables est décidée d’un commun accord. L’analyse principale consistera à estimer les ratios de taux d’incidence des LNH et l’incidence des cancers de la peau pour les membres de la cohorte tatoués par rapport aux membres non tatoués, répétés par intervalles de 5 ans à partir de 3 ans après la collecte des données (ce qui correspond à 5 ans après le suivi de 2020). En outre, les rapports de risque pour plusieurs paramètres d’exposition au tatouage seront calculés en tenant compte des facteurs liés au tatouage susceptibles de modifier la force de l’exposition. Pour identifier les facteurs de confusion, une analyse descriptive explorera les relations potentielles entre les facteurs sociodémographiques et le mode de vie et l’exposition au tatouage. Toutes les analyses seront menées deux fois, une fois avec les données collectées dans Constances uniquement et une fois dans une analyse groupée avec les données collectées dans la cohorte nationale allemande NAKO. Jusqu’à ce que le nombre requis de cas de cancer soit atteint, les analyses informatives se concentreront sur les résultats potentiellement liés aux tatouages et au cancer, tels que les résultats immunologiques (par exemple, la sarcoïdose) ou les résultats reproductifs (la plupart des substances cancérigènes contenues dans les encres de tatouage sont également reprotoxiques). En outre, le stade du diagnostic du cancer de la peau sera analysé selon que le cancer de la peau est apparu sur une peau tatouée ou non tatouée.

Perspectives

L’étude vise à évaluer les risques potentiels pour la santé, notamment le cancer, attribuables au mode de vie du tatouage. Les résultats possibles peuvent informer les décideurs politiques, les fabricants d’encre de tatouage, les tatoueurs et les clients également.

Aller au contenu principal