Santé des professionnels de l’éducation pendant la crise sanitaire de la COVID-19 en France

Caractéristiques

Responsable scientifique MN. Vercambre-Jacquot
Organisme de rattachement Fondation MGEN pour la Santé Publique
Laboratoire / Lieu Paris
Année de dépôt 2020
Type de projet Données uniquement

Contexte

Au fil de la crise sanitaire de la Covid-19, les personnels de l’éducation ont relevé de nombreux défis logistiques, professionnels et humains en assurant la continuité pédagogique dans un contexte incertain particulièrement anxiogène : confinement général du printemps 2020 avec dispositif d’école à la maison mis en place en urgence, lent déconfinement en mai-juin, période de rentrée avec protocoles sanitaires contraignants dans les établissements, confinement « allégé » avec écoles ouvertes en novembre-décembre, et suite à l’émergence de variants préoccupants fin 2020, période hivernale avec renforcement des protocoles scolaires début 2021. Si les données disponibles vont dans le sens, en France et avant crise sanitaire, d’un état de santé « structurel » plutôt favorable des enseignants comparativement aux autres salariés, une perspective globale sur l’impact des événements de 2020 à court et plus long-terme sur la santé des personnels de l’éducation français manque encore.

Objectifs

L’objectif du projet ESTER-SAPRIS est de contribuer à une meilleure connaissance de l’état de santé « conjoncturel » des professionnels de l’éducation, en particulier des enseignants, dans les circonstances exceptionnelles de la crise sanitaire de la Covid-19 en France. Le projet s’intéressera plus spécifiquement à trois thématiques : 

  1. La santé physique (notamment en lien avec le risque infectieux a priori majoré de ces professions en contact rapproché avec les élèves)
  2. La santé mentale
  3. Les perceptions et pratiques vis-à-vis de l’épidémie. La finalité est d’identifier dans le contexte particulier de la crise sanitaire des voies d’amélioration de la santé des personnels de l’éducation, levier majeur de santé publique.

Méthodes

Le projet ESTER-SAPRIS est une extension du projet épidémiologique ESTER-CONSTANCES (Étude Santé-Travail dans l’Enseignement et la Recherche) de la Fondation d’entreprise MGEN pour la Santé Publique (validé par le conseil scientifique de Constances en 2014). Le projet s’appuiera sur l’extraction des données individuelles utiles du dispositif SAPRIS (au moins 4 questionnaires internet + un volet sérologique) disponibles pour l’échantillon ESTER-CONSTANCES et qui seront fusionnées, afin de les enrichir en ce qui concerne la catégorisation fine « professionnels de l’éducation » et d’un point de vue « structurel », avec les données ESTER-CONSTANCES (inclusion et suivi) déjà disponibles. Compte tenu des effets de sélection, le projet ESTER-SAPRIS portera sur un effectif estimé de 2 000 enseignants, 100 personnels de direction des établissements d’enseignement, 200 personnels scolaires de service et qui seront comparés à un groupe d’environ 5 000 salariés des autres secteurs que ceux de l’éducation et de la recherche. A noter que pour les sérologies, les effectifs pour lesquels le statut sera disponible sont à diviser par deux. Les variables prospectives utiles du volet SAPRIS porteront sur : 

  • La santé physique (appréciation générale, symptômes évocateurs de Covid-19, infection certaine ou probable à la Covid-19, sérologie SARS-COV-2, etc.) ;
  • La santé mentale (diverses échelles symptomatiques, qualité du sommeil) ;
  • Le vécu professionnel (situation vis-à-vis de l’emploi, télétravail, travail devant un écran ; conciliation travail/vie familiale, sécurité de l’emploi ; perception des risques d’exposition au coronavirus au travail ; capacité de travail) ;
  • Les gestes barrières (lavage des mains, port du masque, distanciation physique,…), les perceptions et la littératie en matière de Covid-19, notamment l’hésitation vaccinale et vis-àvis de l’application Tousanticovid ;
  • Les conditions de vie (caractéristiques du logement, situation financière, soutien social).

Perspectives

Le projet d’une durée prévisionnelle de 18-20 mois se structurera autour de trois thématiques donnant lieu, chacune, à un article scientifique et une valorisation grand public. Une première analyse se focalisera sur le risque d’infection par le coronavirus SARS-COV-2 pour les personnels de l’éducation, une deuxième s’intéressera à l’évolution de la santé mentale en lien avec la santé subjective des enseignants durant la crise sanitaire (comparaison avant/après ; enseignants/autres salariés) et aux facteurs associés. Une troisième thématique portera sur les attitudes, connaissances et pratiques des professionnels de l’éducation vis-à-vis du risque épidémique. Selon les résultats de ces diverses études statistiques et si les effectifs en présence le permettent, d’autres thématiques intéressant la santé des personnels des secteurs de l’éducation (éventuellement : de la recherche) au cours de la crise sanitaire pourront être approfondies. Tous les travaux s’inscrivent dans une démarche de promotion de la santé : santé des personnels de l’éducation en premier lieu via l’identification de pistes d’amélioration conjoncturelle ciblées, mais aussi, plus généralement, santé publique tant ces personnels jouent un rôle sociétal majeur en contribuant à l’éducation de la jeunesse, y compris en matière de santé. 

 

Il s’agit d’une extension du projet ‘ESTER : Risques professionnels des enseignants et chercheurs’.

Aller au contenu principal