Suivi épidémiologique de patients ayant eu un cancer dans l’enfance

Caractéristiques

Responsable scientifique J. Clavel
Organisme de rattachement Inserm
Laboratoire / Lieu U1153, Villejuif
Année de dépôt 2022
Type de projet Données uniquement

Contexte

Plus de 80% des enfants atteints d’un cancer survivent à leur cancer. La maladie et les traitements souvent très lourds reçus pendant des mois impactent leur vie d’enfant puis leur vie d’adulte. Ce sont ainsi plusieurs dizaines de milliers d’adultes qui vivent actuellement en France, après avoir eu un cancer dans l’enfance et qui sont susceptibles de souffrir de pathologies secondaires aux traitements, de handicaps moteurs et sensoriels, de douleurs, de troubles psychologiques, et de difficultés socioéconomiques. Puisque les séquelles et effets secondaires peuvent survenir très tardivement, ils doivent être régulièrement évalués, de même que l’adhésion aux pratiques de dépistage des seconds cancers et des pathologies induites. La Plateforme d’observation des Cancers de l’Enfant (CCOP/HOPE-EPI) est une infrastructure épidémiologique dédiée à la recherche sur les cancers de l’enfant. Basée sur le socle exhaustif et pérenne du Registre national des cancers de l’enfant, elle a pour finalité de fournir des données fiables et validées sur le diagnostic, le traitement, le matériel biologique conservé et le devenir à court, moyen et long terme des enfants atteints de cancer (effets secondaires des traitements, parcours de soin, qualité de vie, événements de santé…). La CCOP/HOPE-EPI est soutenue par l’INCa et par l’ANR (Investissement d’Avenir). Le projet CONSTANCES-COHOPER concerne plus spécifiquement le volet de la plateforme consacré au suivi systématique de tous les cas diagnostiqués depuis 2000. La cohorte COHOPER (COHOrt of the PEdiatric cancer Registries) identifie, directement dans le dossier médical, les rechutes ou effets indésirables graves des traitements survenant dans les cinq ans suivant le diagnostic, ainsi que des rechutes et seconds cancers plus tardifs dans l’enfance diagnostiqués dans les services d’oncologie pédiatrique et repérés par le réseau du RNCE. L’appariement au SNDS, en attente, permettra de détecter à l’âge adulte diverses pathologies, notamment les rechutes du cancer initial, les seconds cancers et les pathologies secondaires aux traitements (pathologies cardiovasculaires, cérébrales, pulmonaires, retard de croissance, obésité, troubles thyroïdiens, troubles osseux, infertilité…). En complément, des données sur la santé, les habitudes de vie et la qualité de vie sont obtenues par questionnaire. Il nous est apparu stratégique de pouvoir coupler notre suivi à celui de la cohorte généraliste CONSTANCES, qui suit à la même période des volontaires du même âge.

Objectifs

L’objectif final du projet est de développer un suivi épidémiologique systématique des personnes atteintes d’un cancer dans l’enfance depuis 2000. L’objectif spécifique du projet est de pouvoir utiliser comme population de référence les volontaires de la cohorte CONSTANCES âgés de moins de 35 ans pour analyser les données actuelles de la cohorte COHOPER obtenue à partir des mêmes questionnaires.

Méthodologies

Fin 2021, 13 500 survivants d’un cancer dans l’enfance diagnostiqués à partir de 2000 et âgés de plus de 18 ans ont été invités à répondre à un questionnaire en ligne dont une large partie a été calquée sur celui de CONSTANCES. La moitié d’entre eux ont répondu totalement (40%) ou partiellement (10%) à ce questionnaire. Les données de la CCOP/HOPE-EPI permettront d’apprécier la représentativité des répondants par rapport à l’ensemble de la cohorte. L’appariement avec le SNDS permettra de compléter cette comparaison par des algorithmes communs pour la détection de certaines pathologies et la caractérisation des parcours de soin. Environ 25 000 volontaires de moins de 35 ans ont participé à CONSTANCES.

Perspectives

L’objectif final du projet est d’assurer une surveillance pérenne de la santé des personnes ayant survécu à un cancer dans l’enfance, d’identifier les conséquences à long terme de la prise en charge de ces cancers, leur évolution et leurs déterminants. La collaboration avec CONSTANCES nous apportera une population de référence de grande taille en population générale. Elle nous permettra également de bénéficier de l’expertise du suivi questionnaire/SNDS de l’équipe CONSTANCES, ce qui est un atout considérable.

Informations réglementaires

Responsable de traitement

Le traitement des données à caractère personnel est placé sous la responsabilité de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), situé au 101 rue de Tolbiac, 75 013 Paris – www.inserm.fr.

Délégué à la protection des données

Pour la cohorte et le projet : Déléguée à la protection des données de l’Inserm, dpo@inserm.fr ou 101 rue de Tolbiac, 75 013 Paris.

Base légale du traitement et recours à des données dites sensibles

Le traitement de données personnelles nécessaire à la mise en oeuvre de cette étude répond à l’exécution d’une mission d’intérêt public dont est investi l’Inserm et nécessite le traitement de données personnelles de santé à des fins de recherche scientifique.

Catégories de données concernées par les traitements

Les données de santé, relatives aux caractéristiques sociodémographiques, la qualité de vie, le mode de vie et les habitudes de consommation seront mises à disposition de l’investigateur et/ou de l’équipe coordinatrice de la recherche.

Destinataires ou catégories de destinataires des données à caractère personnel

Dans le cadre de cette recherche, les données non issues du SNDS seront transférées à la responsable du projet, directrice de l’équipe de recherche Inserm « Épidémiologie des cancers de l’enfant et de l’adolescent » (EPICEA), sous la responsabilité de l’Inserm (Institut public). Ces données et celles issues du SNDS seront également mises à disposition de la responsable scientifique dans un espace sécurisé du CASD (Centre d'accès sécurisé aux données) afin de permettre la réalisation des analyses statistiques menées par l’équipe EPICEA.

Durée de conservation en base active des données à caractère personnel

Les données seront conservées dans un espace sécurisé du CASD si incluant des données issues du SNDS, sinon dans les systèmes d’information sécurisés du responsable de traitement pendant une durée de 10 ans, à partir de mars 2024, soit de mars 2024 à mars 2034.

Droits des personnes concernées et modalités d’exercice de ces droits

Les données nécessaires à ce projet sont traitées conformément au Règlement Général relatif à la Protection des Données « RGPD » (Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016) et à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés. L’ensemble des droits et les moyens pour les exercer sont disponibles sur : « Espace Volontaire » « Droits et protection des données ».

Aller au contenu principal