Etude SAPRIS (Santé, perception, pratiques, relations et inégalités sociales en population générale pendant la crise COVID-19)

Caractéristiques

Responsable scientifique F. Carrat
Organisme de rattachement Inserm-Sorbonne Université
Laboratoire / Lieu IPLESP, Paris
Année de dépôt 2020
Type de projet Consortium, Recueil complémentaire

Le projet SAPRIS est une vaste enquête longitudinale en population générale qui permet d’appréhender les principaux enjeux épidémiologiques et sociaux de l’épidémie de SARS-CoV2 et les mesures prises pour la combattre. Sont notamment étudiés l’incidence des symptômes du COVID-19 et d’autres problèmes de santé dont la santé mentale, la perception du risque et les pratiques préventives, le recours ou le renoncement aux soins, les effets sur la vie quotidienne, les violences intrafamiliales, les relations sociales et le travail, la prise en charge des enfants, la confiance dans les recommandations publiques et scientifiques. L’analyse des inégalités sociales est l’axe d’analyse transversal majeur de SAPRIS.
SAPRIS s’appuie sur quatre grandes cohortes généralistes totalisant plus de 200 000 personnes connectées sur internet : CONSTANCESELFEEPIPAGEE3NE4N et NUTRINET

Des enquêtes répétées avec 3 questionnaires successifs (au début, pendant et après le confinement) ont été menées auprès des 66 000 volontaires de Constances répondant sur internet.

Cette étude a été complétée par un volet complémentaire « SAPRIS-SERO » qui a consisté en une collecte de prélèvements afin de suivre la séroprévalence à l’échelon régional et d’en étudier les déterminants épidémiologiques et sociaux.
Cette méthodologie offre l’opportunité de travailler sur de grands échantillons, pour lesquels les phénotypes des participants sont extrêmement bien caractérisés. De nombreuses données sociales et médicales ont été recueillies avant le début de l’épidémie, permettant ainsi de mesurer prospectivement son impact sur la santé, les relations sociales et la situation professionnelle. Ces cohortes ont été établies selon des protocoles rigoureux et disposent d’un accès au système national des données de santé (SNDS), ce qui permet d’établir des estimateurs représentatifs des indicateurs étudiés. Enfin une biobanque pré-épidémique est disponible chez plus de 60 000 participants, qui offre une opportunité unique de réaliser à plus long terme des recherches sur les facteurs de l’hôte associés à la susceptibilité, la sévérité, ou la durabilité de la réponse immune à l’infection.
SAPRIS est porté par une équipe pluridisciplinaire associant des chercheurs de l’INSERM, de l’INED, du CNRS et des Universités, en épidémiologie, sociologie, démographie et économie. Il est coordonné par Nathalie Bajos, sociologue-démographe, spécialiste des enquêtes de santé publique en population générale et des inégalités sociales de santé et Fabrice Carrat, épidémiologiste, spécialiste des maladies infectieuses. Il est réalisé à l’initiative de l’ITMO Santé publique de l’INSERM et associe Santé Publique France.
SAPRIS a reçu l’aval du Comité d’Évaluation Éthique et de l’INSERM et la collecte et l’analyse des données respecteront les règles RGPD qui s’appliquent à chacune des cohortes. Il a été retenu par l’ANR (appel Flash de mars 2020).

Outre la production d’analyses scientifiques inédites au regard des caractéristiques médicales, sociales et politiques de l’épidémie, les premiers résultats seront portés au plus vite à la connaissance des acteurs de santé publique et des pouvoirs publics pour améliorer les politiques de prévention, réduire les inégalités sociales et tenir compte de nouveaux enjeux soulevés par les premières analyses.

Aller au contenu principal