Actualités

Nouveau questionnaire en 2020 : l’historique résidentiel

Modifié le 23/12/2019

Quels sont les effets des pollutions sur notre santé ? Existe-t-il des associations entre des expositions aux métaux lourds, aux pesticides, et la survenue de cancers par exemple ? Afin d’apporter des résultats tangibles, Constances va proposer aux volontaires de remplir un questionnaire en ligne sur leurs lieux de résidence depuis leur naissance jusqu’à aujourd’hui.

Contrairement aux autres questionnaires de Constances, ce questionnaire appelé « Historique Résidentiel Constances » ne sera proposé que sur Internet afin de s’assurer que les adresses soient bien reportées grâce à des outils d’aide et des contrôles en ligne. Par exemple, le nom de la ville est proposé en face du code postal ; des cartes seront aussi consultables. Ceci permet aussi d’éviter un long et coûteux travail de saisie manuelle qui s’accompagne inévitablement d’erreurs. Toutefois, Constances proposera aux volontaires qui ne peuvent, ou qui ne souhaitent pas répondre par Internet, de préciser leurs adresses au numéro vert de la cohorte : 0 805 02 02 63. Ce numéro est gratuit même depuis un mobile.

Pourquoi remonter jusqu’à la naissance ?

Car certaines maladies tels les cancers apparaissent souvent des années après des expositions à des polluants. Grâce à cet historique résidentiel et à des cartes de pollution environnementale, les chercheurs pourront par exemple déterminer une exposition à un polluant donné sur une période de 5, 10, 15 ans…

Phase pilote en 2019 élargie à tous les volontaires en 2020

Une phase pilote de ce projet s’est réalisée durant l’automne 2019 auprès de 5 000 volontaires tirés au hasard. En 2020, tous les participants à la cohorte recevront un courrier leur proposant de remplir leur « Historique Résidentiel Constances » (excepté certains volontaires qui l’ont déjà rempli dans leur centre d’examen de santé). Les invitations seront étalées sur toute l’année. Comme le souligne Marie Zins, la responsable scientifique et technique de Constances : « Plus nombreux seront les volontaires qui auront renseigné ces données, plus nous pourrons réaliser des travaux de qualité sur les effets de l’environnement et de la pollution sur la santé. »

IMPORTANT : toutes les adresses des volontaires sont enregistrées sur le serveur du « tiers de confiance » de Constances. Elles ne sont pas regroupées avec les données de santé. Cela garantit le respect du principe de sécurité de Constances : séparation physique des données identifiantes et des données de santé. De plus, les chercheurs n’auront pas accès aux lieux de résidence des volontaires, sauf autorisation expresse de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) pour des cas particuliers : Constances leur fournira directement les valeurs d’exposition aux polluants étudiés calculées à partir des géocodes des adresses.

t>